22 juillet 2015

Un cœur pour la paix à l’hôpital Hadassah

Depuis 2005, l’association française Un Cœur pour la paix prend en charge des enfants palestiniens atteints de maladies cardiaques congénitales pour qu’ils soient opérés et soignés à hôpital Hadassah de Jérusalem. Un pari sur la vie. Un petit pas de plus vers la paix.

Loading the player...
Embed Code  
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.com/embed/un-coeur-pour-la-paix-a-l-hopital-hadassah-9043"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.com

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.com/fr/video/un-coeur-pour-la-paix-a-l-hopital-hadassah-9043.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
Hayat a 5 mois et a été opérée la semaine dernière. Ses parents ont vu plusieurs médecins avant de consulter le docteur Ibrahim Abu Zahir à Hébron. Son diagnostic est clair : Hayat souffre d’une malformation cardiaque. L’enfant est alors transférée et opérée à l’hôpital Hadassah à Jérusalem par le chirurgien israélien Eldad Erez.


A son arrivée, Hayat pèse à peine 2,3 kilos : 9 jours après l’opération, elle a gagné 600 grammes et retrouve des forces. Pour la plus grande joie de ses parents et des équipes soignantes.


Wafa
Mère de Hayat
Le premier jour, c’était rude. C’était difficile pour moi à cause de ma fille et de cette situation. Dieu merci, nous savons maintenant que tout va bien pour elle. Nous sommes très heureux. Dieu merci.



C’est dans le cadre d’Un cœur pour la paix, que Hayat a été soignée. Depuis 2005, cette association française prend en charge les enfants palestiniens souffrant de malformations cardiaques congénitales, pour qu’ils soient soignés gratuitement à l’hôpital Hadassah. Les soins sont payés pour moitié par l'association et l'autre par l'hôpital.


Docteur Muriel HAÏM
Présidente de l’association Un cœur pour la paix

En 2005, j’étais avec des médecins français, on était venu voir ce qu’il se passait en Israël au point de vue médecine et on a rencontré le professeur Rein. Et donc, il nous a expliqué qu’il n’y avait pas de service de chirurgie cardiaque pour enfants et que lui opérait un certain nombre d’enfants palestiniens. Il n’y avait pas en Cisjordanie ni à Gaza, de service de chirurgie cardiaque. Et je lui dis : « bon, comment on peut t’aider ? ». Et ça a commencé comme ça, il m’a dit : « j’ai besoin d’opérer un enfant de plus par semaine ». On est rentré en France, on a fait une association. Et puis, en septembre, on a eu le premier enfant opéré. Depuis, on a toutes les semaines plus d’un enfant par semaine opéré, puisqu’on est à plus de 600 enfants.


Les enfants sont toujours accompagnés par leurs parents. Une fois le diagnostic établi dans les centres d’Hébron ou de Ramallah, médecins palestiniens et israéliens discutent ensemble du transfert de l’enfant vers Hadassah où il sera opéré. Pour ces familles, se rendre dans un hôpital en Israël n’avait au départ rien d’évident.


Docteur Muriel HAÏM
Présidente de l’association Un cœur pour la paix
Ça a beaucoup changé. Il y a 10 ans, il y a des mamans pour lesquelles c’était la première fois qu’elles venaient en Israël. Elles avaient entendu des choses horribles sur Israël. Déjà, un enfant malade, c’est encore plus inquiétant. Un enfant malade du cœur, c’est encore plus inquiétant et dans un hôpital soit disant d’ennemi, c’est encore plus inquiétant. Et finalement quand elles se rendent compte qu’on soigne leur enfant comme n’importe quel enfant, puisque c’est vraiment leur mot, hé bien elles sont rassurées.


Docteur Ibrahim A. Abu ZAHIRA
Pédiatre et cardiologue
Jusqu’ici, je n’ai eu que des points positifs de la part des familles, en général, parce qu’elles me connaissent très bien et elles ont confiance en moi. Et puis, au niveau médical, il y a de très bonnes relations entre les médecins palestiniens et les médecins israéliens.

Depuis sa fondation en 1912, l’hôpital Hadassah, a pour vocation de soigner tous les hommes, quelles que soient leur religion ou leur nationalité. Dans ce sillage, Un cœur pour la paix vise à développer la coopération entre les populations israélienne et palestinienne.


Professeur Azaria Jean-Jacques Théodore REIN
Chef de service de cardiologie pédiatrique de l'hôpital Hadassah.
On vit ensemble. On vit avec les Palestiniens depuis toujours et on vivra toujours avec les Palestiniens. Les problèmes politiques et militaires sont des problèmes qui nous dépassent et qui ne nous intéressent pas vraiment. On a un seul ennemi commun en fait, c’est la maladie. On est du même côté, je pense.


Deuxième volet d’Un cœur pour la paix : la transmission. Depuis 2005, 197 médecins généralistes palestiniens ont été formés sur les pathologies cardiaques. Deux centres de consultation à Ramallah et Hébron ont été ouverts. A terme, les enfants seront ainsi soignés chez eux en Cisjordanie.


Hayat et ses parents quitteront l’hôpital d’ici quelques jours, une fois son état stabilisé. Elle est le 609ème enfant opéré grâce à Un cœur pour la paix. D’ailleurs Hayat veut dire la vie en arabe…


Docteur Ibrahim A. Abu ZAHIRA
Pédiatre et cardiologue - Hôpital Hadassah
Beaucoup de belles histoires. Beaucoup de bonheur dans les yeux des familles et c’est ça qui nous rend heureux aussi.


Docteur Muriel HAÏM
Présidente de l’association Un cœur pour la paix
On a vu le sourire de ce papa, le sourire de cette maman, ils sont heureux. Ils repartent avec un enfant en bonne santé. Ils savent qu’on va la suivre, ils savent qu’elle est sortie d’affaire. Et c’est comme ça qu’on crée de la confiance ; et ce dont on a besoin dans ce coin du monde.