16 mars 2017

L’amour n’est pas aimé

Le premier pèlerinage du carême guidé par les frères de la Custodie a rassemblé plusieurs fidèles sur le Mont des Oliviers, au Dominus Flevit, le lieu où Jésus pleura sur Jérusalem.

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.org/embed/l-amour-n-est-pas-aime-12622"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.com/fr/video/l-amour-n-est-pas-aime-12622.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
Durant le carême, en préparation à la Semaine Sainte, les franciscains de la Custodie animent des pèlerinages hebdomadaires dans les sanctuaires liés à la Passion de Jésus.

Une tradition qui remonte à la fin du XIXe siècle.
La première rencontre s’est tenue mercredi 15 mars sur le Mont des Oliviers, dans l’église du Dominus Flevit, lieu d’où l’on peut admirer la ville sainte dans toute sa splendeur, et où l’on fait mémoire des larmes que Jésus versa sur elle

“En ce temps-là, lorsque Jésus fut près de Jérusalem, voyant la ville, il pleura sur elle, en disant : “si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix !”

Pèlerins et chrétiens locaux ont participé à la célébration eucharistique, précédée des vêpres solennelles. La messe a été présidée par le frère Stéphane Milovitch, responsable du Bureau des Biens culturels de la Custodie de Terre Sainte, avec une dizaine de concélébrants. C’est le frère Matteo Munari, professeur au Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem, qui a tenu la première méditation du pèlerinage.

“L´amour n’est pas aimé”, a été le thème central de la réflexion.

P. MATTEO MUNARI, ofm
Professeur du Studium Biblicum Franciscanum Jérusalem
“Jésus a pleuré ici, au cours de son dernier pèlerinage à Jérusalem, justement parce qu’il a prévu de prophétiser la destruction de la ville. Et tout cela pourquoi? Parce que Jérusalem n’a pas reconnu, en ce moment où elle a été visitée, cette paix que Dieu a apportée, par son fils Jésus”.

Le père Munari a également rappelé Saint François et sa déclaration d’amour à Jésus.

P. MATTEO MUNARI, ofm
Professeur du Studium Biblicum Franciscanum Jérusalem
“François, en rencontrant cet amour immense du Seigneur et en écoutant la voix du crucifix dans la petite chapelle de Saint Damien, a découvert combien est grand l’amour de Dieu pour l’humanité, et combien est grand aussi le refus que l’humanité continue d’opposer à Dieu, de diverses manières. Il s’est rendu compte que l’Amour n’est pas aimé, que, encore une fois, l’Amour est trahi, et c’est pour cela que François a commencé à méditer dans son coeur la passion de son Seigneur Jésus.

P. MATTEO MUNARI, ofm
Professeur du Studium Biblicum Franciscanum Jérusalem
“Cette méditation de la passion de Jésus l’a amené à désirer vivre jusqu’au bout chaque page de l’Evangile, et a également poussé les frères, il y a 800 ans, au cours d’un Chapitre tenu en la Basilique de Sainte Marie des Anges, à la Portioncule, à venir ici au Moyen-Orient et en Terre Sainte, autant que possible, afin de pouvoir venir encore une fois contempler et voir combien est grand l’amour de Dieu pour nous, en ces lieux”.