21 mars 2018

Culture et spiritualité du pain

L'un des aliments fondamentaux dans la culture arabe et juive est le pain. Une tradition qui combine éléments historiques et spiritualité.

Chrétiens de Terre Sainte

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.org/embed/culture-et-spiritualite-du-pain-14590"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.com/fr/video/chretiens-de-terre-sainte-2/culture-et-spiritualite-du-pain-14590.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
Que ce soit le petit déjeuner, le déjeuner ou le dîner, le pain est toujours là. Le pain est l'un des aliments de base des cultures arabe et juive. Ce four est le plus grand de tout Bethléem. Il produit plus de 120 kg de pain par jour et chaque fournée nécessite deux sacs de farine de blé pesant chacun 60 kg.

RAED BABISH
Propriétaire du four
« Ce four a été créé en 1998, il y a 20 ans. Nous avons commencé cette profession en utilisant des outils simples, qui appartenaient à ma famille, puis nous avons pu utiliser et développer les machines ; et donc augmenter la production ».

Il y a une ligne de production spécifique et une recette pour ce pain arabe pour qu'il arrive chaud chez les familles.

Dans la tradition juive, le pain est intimement lié à l'histoire d'Israël, aux fêtes et au cycle naturel de la production agricole. A la Pentecôte, on célébrait la moisson du blé et de l'orge, en offrant à Dieu les prémices, cinquante jours après Pâques. Le pain a donc toujours été lié à l'action de grâces au cours des repas et des activités quotidiennes.

P. ALESSANDRO CONIGLIO, ofm
Professeur d'Exégèse de l'Ancien Testament - SBF
« ‘Tu es béni Seigneur, Dieu de l'Univers, Toi qui nous donnes ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes’, est la traduction exacte, en termes catholiques, de la bénédiction que prononce le chef de famille juif avant de manger, au début du repas quotidien. La valeur du pain tient à la place qu'il occupe dans la vie quotidienne et à la bénédiction que Dieu donne à l'homme à travers cet élément. L'homme vit de la bénédiction continuelle qu'il reçoit de Dieu ».

Dans la tradition juive, le pain symbolise aussi la dépendance directe de Dieu; ceci s'explique en pensant à la dépendance des conditions météorologiques, dans les anciennes sociétés agricoles; celles-ci pouvaient compromettre la récolte du blé pour le pain. Dans les évangiles nous voyons aussi une relation particulière de Jésus avec le pain, dans la scène de la multiplication, signe de la confiance en Dieu et, plus tard, dans la Dernière Cène, avec l'institution de l'Eucharistie.

P. ALESSANDRO CONIGLIO, ofm
Professeur d'Exégèse de l'Ancien Testament - SBF
« Le pain est maintenant sa présence réelle parmi nous. Et il n'est pas parmi nous à travers un élément particulièrement renommé de la table quotidienne d'un juif de son temps, mais il le fait à partir d'un élément très simple, pauvre et naturel. Pourquoi? Parce qu'il se rend présent pour tout le monde et pas seulement pour les riches et les privilégiés ».

Même la ville de naissance de Jésus, Bethléem, en hébreu la «Maison du Pain», reflète sa mission: le Verbe incarné qui devient nourriture. Jésus a utilisé un élément qui faisait partie de la vie quotidienne de son peuple, presque insipide et incolore, pour signaler sa présence simple, mais absolument concrète et réelle dans l'Eucharistie. Lors de la dernière Cène, le Christ a célébré la Pâque, la libération du peuple de l'Egypte, mais il a surtout établi la nouvelle Pâque, la nouvelle libération. Non plus de l'ancien esclavage, mais du péché et de la mort.