13 février 2018

Un hôpital de Jérusalem exemple de la vocation maternelle de l'Église

En mémoire de Notre-Dame de Lourdes (11 février), nous célébrons la Journée mondiale des malades. A Jérusalem, un hôpital est une expression concrète de la mission de l'Eglise envers les malades.

Actualité et évènements

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.org/embed/un-hopital-de-jerusalem-exemple-de-la-vocation-maternelle-de-l-eglise-14370"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.com/fr/video/actualite-et-evenements-1/un-hopital-de-jerusalem-exemple-de-la-vocation-maternelle-de-l-eglise-14370.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
La religieuse s'approche du lit du malade et apporte un mot d'encouragement et de consolation. Une rencontre qui dépasse les différentes croyances et lieux d'origine, car la priorité est donnée à la personne qui a besoin d'attention et de soins. Cet hôpital de Jérusalem, dirigé par les Sœurs de Saint Joseph de l'Apparition, est l'un des exemples de la vocation maternelle de l'Eglise envers les nécessiteux et les malades..

MOHAMMAD FARES ABU-SALEEM
Patient
«Je remercie Dieu pour tout. Nous devons être patients parce que Dieu a créé le remède contre la maladie. Et cet hôpital est super, tout comme la façon dont ils prennent soin de nous. J'ai été opéré et maintenant je me sens bien et je suis calme. Dans la maladie, nous devons avoir la foi: c'est la seule chose que nous avons».

En plus des services médicaux, l'hôpital, inauguré en 1956, fournit des soins et sert d'intermédiaire aux membres de la famille des patients des régions palestiniennes pour obtenir le permis d'accompagner les malades à Jérusalem. Le comportements miséricordieux des religieuses et des médecins les rend proches des malades, les met à l'écoute de leurs besoins, de leurs préoccupations et leur apporte de l'espoir.

Sœur OMAIMA TAMAS
Congrégation des Sœurs de Saint Joseph de l'Apparition
«Nous essayons de prendre bien soin des patients et leur offrons ce dont ils ont besoin. Nous rions avec eux, nous leur demandons comment ils vont et cela les maintient en éveil. Nous devons leur accorder cette attention et un mot de réconfort».

À Jérusalem, dans la Basilique de Gethsémani, près du Jardin des Oliviers, l'administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, a présidé la messe pour la Journée mondiale des malades et a béni les malades. Une célébration spéciale à l'endroit où, selon certaines recherches, il est possible que les oliviers plantés là il y a environ 800 ans dérivent d'un seul arbre, dont la graine viendrait d'un olivier vénéré à l'époque comme témoin de l'angoisse du Christ à Gethsémani.

Dans sa lettre pour la Journée des malades de 2018, le Pape François a souligné la mission millénaire de l'Eglise dans la prise en charge des malades, en particulier dans les pays où les structures publiques font défaut. Même en Terre Sainte, l'attention de l'Église se manifeste dans une large mesure avec les malades, les personnes âgées et les plus pauvres. Un devoir qui incombe de la même manière à tous les chrétiens.

Mgr. PIERBATTISTA PIZZABALLA
Administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem
«Il est très important qu'aujourd'hui l'Église devienne un sacrement de consolation et de réconfort, apportant l'huile de notre solidarité et de notre miséricorde à tous les malades et à tous ceux qui souffrent, par tous les moyens».