14 mars 2017

Exposition sur Venise et Jérusalem : “sur les pas du lion”.

Inauguration, dans le salon de la curie de la custodie, d’une exposition réalisée avec le musée d’art hébraïque U.Nahon, sur les richesses des deux villes. L’exposition fermera ses portes le 22 avril prochain.

Actualité et évènements

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.com/embed/exposition-sur-venise-et-jerusalem-sur-les-pas-du-lion-12601"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.com/fr/video/actualite-et-evenements-1/exposition-sur-venise-et-jerusalem-sur-les-pas-du-lion-12601.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
“Jérusalem est la Venise de Dieu”. Les vers du poète israélien Yehuda Amichai ont pris corps jeudi 9 mars, au couvent Saint Sauveur, dans la vieille ville. L’exposition “trésors vénitiens à Jérusalem : sur les pas du lion” a été inaugurée dans le salon de la curie. Elle est née d’une collaboration entre le Terra Sancta Museum, la bibliothèque et l’Archive générale de la Custodie, ainsi que le musée d’art hébraïque U.Nahon.

ANDREINA CONTESSA
Curatrice du musée d’art hébraïque U.Nahon de Jérusalem
L'idée est née tandis je préparais une grande exposition sur Venise pour le musée Nahon d’art hébraïque italien, et je connaissais un peu, pour d’autres motifs, la grande tradition et la splendide collection des franciscains, et il m’a semblé intéressant de confronter es argenteries, parce qu’il me semblait qu’il y avait des choses en commun.

SARA CIBIN
Curatrice de l’exposition
“Les artistes et les artisans, de grands artisans qui ont réalisé ces objets en argent et ces tissus étaient les mêmes qui travaillaient pour la communauté chrétienne et la communauté juive. Ce n’est pas un hasard si le fil conducteur de cette exposition est justement le symbole de Venise, le lion, qui est aussi le symbole de Jérusalem”.

A un an du cinquième centenaire de l’institution du ghetto de Venise, l’exposition propose quelques objets précieux, qui datent de 1500 à 1800. Il s’agit de présents de la République de Venise à Jérusalem, signe du lien entre les deux villes, d’un point de vue religieux, diplomatique et commercial.

L’exposition se découvre en plusieurs thématiques, On part des livres consacrés aux deux villes, sur les voyages, ou sur les relations entre juifs et chrétiens ; on continue ensuite avec l’argenterie et les tissus, des ornements liturgiques et elle se conclut avec une petite section dédiée au céramiques, une partie destinée à la pharmacie, l’autre, à un usage quotidien.

STEFANIA PELUSO
Archéologue
“Ces céramiques sont ce qu’on appelle des padano venete, datées entre le XIVe et le XVIe siècle. D’habitude, on en retrouve des petits morceaux, celles-ci au contraire ont une valeur vraiment spéciale, puisque je suis parvenue à les reconstituer”.

P. STÉPHANE MILOVITCH, ofm
Responsable du bureau des biens culturels de la custodie de Terre Sainte
“Nous sommes très heureux de pouvoir ouvrir cette exposition. Elle porte sur Venise à Jérusalem et la custodie, étant présente ici depuis des siècles, possède un patrimoine vénitien très important ici à Jérusalem et à Saint Sauveur.

Nous projetons un jour d’ouvrir un musée, et il semble que le délai ne soit plus très long à présent. Cette exposition sur Venise, ici à Saint Sauveur nous permet de faire voir la pointe de l’iceberg”

“Jérusalem, a rappelé le custode Francesco Patton durant l’inauguration, est une ville universelle, qui s’ouvre au monde, mais qui en même temps en garde la vie”. L’exposition, ouverte jusqu’au 22 avril, se visite gratuitement dans le salon de la curie de la custodie, et constitue une occasion de construire des ponts. Pas seulement entre les communautés chrétienne et juive, mais entre tous ceux disposés à se laisser toucher par la beauté.