05 décembre 2017

« As I am », l'exposition photographique des anciens détenus de la Maison de la Grâce

L'exposition, organisée par 15 anciens prisonniers guidés par la du photographe et journaliste Andrea Kroggman, a été inaugurée le 30 novembre et restera ouverte pendant deux semaines à l'église St. Andrew à Jérusalem.

Actualité et évènements

Loading the player...
Embed Code  

Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Copy the code below and paste it into your blog or website.
<iframe width="640" height="360" src="https://www.cmc-terrasanta.org/embed/as-i-am-l-exposition-photographique-des-anciens-detenus-de-la-maison-de-la-grace-13913"></iframe>
Pour demander une vidéo de qualité supérieure
Veuillez envoyer un email à :
info@cmc-terrasanta.org

Objet: Demande de vidéo de qualité supérieure

Message :
Archives personnelles / promotion du CMC / TV Broadcasting

http://www.cmc-terrasanta.com/fr/video/actualite-et-evenements-1/as-i-am-l-exposition-photographique-des-anciens-detenus-de-la-maison-de-la-grace-13913.html

Aucune partie de cette vidéo ne peut être éditée ou diffusée sans un accord conclu au préalable avec le Christian Media Center convenant des termes et conditions de l'édition et de la diffusion.
MOHAMMED ABU JOMA
Ancien détenu - Photographe
« Je suis resté en prison pendant 18 ans. J'ai accepté de participer à ce projet parce que je voulais exprimer les sentiments que j'ai pour les personnes qui m'ont aidé. Elles voulaient me voir vivre comme un homme, sans problème, sans drogue, ni aucun autre obstacle qui m'aurait empêché de vivre normalement. »

Mohammed vit maintenant à Jérusalem et travaille pour une compagnie de bus. Il fait partie des anciens détenus qui ont participé à l'exposition de photos « As I am », littéralement « comme je suis ». Le projet, la conclusion d'un atelier dirigé par la photographe et journaliste Andrea Kroggman et promu par la Maison de la Grâce de Haïfa, a été présenté au public le jour de la Saint André, dans l'église écossaise de Jérusalem.

JAMAL SHEHADE
Directeur de la Maison de la Grâce - Haïfa
« L'idée était de lancer un atelier de 5 séances, au cours duquel les anciens détenus pourraient exprimer leurs propres problèmes, de manière également thérapeutiques, de manière autre que dans la Maison de la Grâce, qu’ils puissent exprimer leurs objectifs et leurs désirs futurs ...

JAMAL SHEHADE
Directeur de la Maison de la Grâce - Haïfa
Voilà le sujet de l’exposition, et elle aborde le point de vue de chacun. C'est pourquoi nous l’avons baptisé « as I am through the camera ».

La Maison de la Grâce est une réalité fondée en 1982 par un couple de chrétiens palestiniens, Agnès et Kamil Shehade. Le point de départ était le verset de l'Evangile de Matthieu : « J'avais faim et vous m’avez donné de la nourriture, j’étais prisonnier et vous m’avez visité. » La mission est d'accueillir les anciens prisonniers laissés seuls, en leur offrant un toit et une seconde famille.

JAMAL SHEHADE
Directeur de la Maison de la Grâce - Haïfa
« La mission s'est étendue au fil du temps en fonction des besoins de la société. Aujourd'hui, nous avons plusieurs projets en cours pour aider les familles qui en ont besoin et les jeunes en difficulté. Mais l'objectif principal est d'essayer d'offrir aux anciens détenus une maison accueillante où, avec l'aide de professionnels, ils peuvent apprendre à se remettre sur pied et à réintégrer la société. »

Aujourd'hui, la maison rassemble une équipe de 15 membres et de 15 anciens prisonniers et s’occupe de 250 à 300 familles dans le besoin dans la région de Haïfa, ainsi que de 90 à100 enfants impliqués dans des activités l'après-midi. Pour tous, le désir est le même : leur faire découvrir qu'ils ont une valeur, qu'ils sont uniques et qu'ils ont des qualités et des dons à utiliser, comme tout le monde.

MOHAMMED ABU JOMA
Ancien prisonnier - Photographe
« Avant, je n'avais confiance en personne ... mais les personnes avec qui je vivais à la Maison de la Grâce m'ont donné tellement de confiance et d'estime de moi-même, elles m'ont fait sentir comme un être humain qui a le droit de vivre comme les autres. Elles m'ont fait réaliser que j'étais fait pour vivre comme tout le monde, avec respect et dignité. »